Tourisme

403

 

 
Mothern est situé à 1.5km à l’ouest du Rhin dans l’extrémité nord-est de l’Alsace. La frontière allemande, par la route de Lauterbourg, se trouve à 6 kilomètres à peine. Les 2053 habitants -appelés les Mothernois et les Mothernoises- se partagent une superficie de 1030 hectares. Le ban communal s’étend au-delà de la frontière naturelle tracée par le Rhin.

En effet, Mothern dispose de 200 hectares en Allemagne; ces terres se trouvent juste en face de Mothern, sur la rive droite du Rhin à la hauteur du village d’Elchesheim-Illingen.
Ces terres en Allemagne datent de la période de la rectification du Rhin entreprise par l’ingénieur allemand TULLA vers 1840 pour rendre le Rhin navigable de Bâle jusqu’à Rotterdam. Dans les années 1900, nos ancêtres traversaient le fleuve en barque pour ramener des bottes de foin et de roseaux afin de nourrir le bétail ou lui préparer une douce litière.
Le village est composé de deux parties contiguës : le Haut-Village et le Bas-Village. Le second se trouve sur l’ancien lit du Rhin avant qu’il ne soit canalisé tandis que le premier occupe la colline qui domine la plaine d’une trentaine de mètres.
Le ruisseau Kabach emprunte le vallon du Hundsaecker, entre le Dasselberg (143 m) et le Meisterberg (158 m) pour se déverser directement dans le Rhin au niveau du port de Lauterbourg.
La commune se trouve au carrefour de la route départementale 89 sur un axe nord-ouest / sud-est et de la RD 248 qui mène à Lauterbourg au nord-est et à Seltz au sud-ouest.

La ligne TER Strasbourg-Lauterbourg offre également un accès ferroviaire au village.
Village moyen du département du Bas-Rhin dans la région Alsace, Mothern fait partie du canton de Wissembourg.

Coordonnées géographiques décimales
Latitude : 48.9322
Longitude : 8.15444
Coordonnées géographiques sexagésimales
Latitude : 48° 55′ 56 » Nord
Longitude : 8° 9′ 16 » Est

_____________________________________

Un peu d’histoire

Mothern est mentionné pour la première fois en 878. Cette année là, Charles le Gros et Louis le Jeune s’y rencontrèrent pour fixer un rendez-vous avec le roi Louis III.

Le nom du village a été orthographié de façons différentes au cours des siècles : d’abord MATRA, il est devenu successivement MOTERN, MATHERN, MODEREN puis MOTHERN. Les avis sont partagés sur la signification du mot. Pour les uns, il viendrait de MUTTER qui évoque les déesses-mères gallo-romaines, pour d’autres de MODER, rivière qui autrefois se jetait dans le Rhin bien plus au nord qu’actuellement.
La vie des habitants a, de tout temps, été fortement imprégnée par la présence du fleuve qui, avant sa canalisation, était fort capricieux, changeait de cours, et souvent détruisait tout sur son passage.

A voir et à savoir

– La grotte de Lourdes 
Située sur la route menant à Neewiller, une grotte de Lourdes a été édifiée en 1901 par un couple ayant perdu deux enfants peu après leur naissance. Par la suite le couple eut la joie de faire naître deux autres enfants.

– Le mât des bateliers
Depuis que le Rhin est navigable, les villages situés le long du Rhin ont fourni un contingent important de bateliers, englobant tout un éventail de professions, du mousse au capitaine, du cuisinier au mécanicien. Dans les années 1950, Mothern comptait quelque 150 bateliers (près du tiers des foyers de Mothern) qui se sont regroupés en une association. Ils ont alors érigé un mât sur la place du village (place de la Wacht), semblable à un mât de bateau, mais en plus imposant. Les jours de fête, ce mât est orné d’une multitude de fanions et d’oriflammes aux couleurs des nations et compagnies de navigation présentes sur le Rhin. Il rappelle l’important rôle économique du Rhin pour les villages situés sur son cours.

– Le puits à balancier
Les puits à balancier sont assez rares en Alsace. Cette technique était surtout employée en Europe centrale. Le puisage s’effectuait à l’aide d’un contrepoids, puis l’eau s’écoulait par une lancière dans une auge de pierre, qui pouvait aussi servir d’abreuvoir pour les bêtes. Le puits à balancier est à voir au centre du village. Un deuxième puits à balancier se trouve en face de la mairie (actuellement en cours de rénovation).

 

Un voyage sur le Rhin

Le Père Rhin accueille les visiteurs à l’entrée de l’exposition et invite à un voyage initiatique qui mêle histoire, contes et légendes. Rive droite, rive gauche ? Le long de la grande maquette en bois, réalisée par Martine Thomas, les photographies de Thierry Girard illustrent le cours du fleuve depuis sa source dans les Alpes jusqu’à la mer du Nord.

Viennent ensuite Marianne et Germania, figures emblématiques de l’époque romantique : l’une coiffée du bonnet phrygien rouge, représente la liberté et la Révolution Française, l’autre, Germania, symbolise l’Allemagne lors des guerres de libération contre les armées de Napoléon.

Elles veillent sur l’espace consacré à la « Guerre des plumes » qui oppose les écrivains romantiques français et allemands au XIX ème siècle : le Rhin « frontière » entre la France et l’Allemagne est alors un thème d’actualité pour les poètes, caricaturistes ou compositeurs !